contact@garona.fr05 61 15 80 80

Blog Expert

Renforcer l’isolation par les combles
27/02/2020 | Guide de la maison
Une habitation pour être confortable et performante en termes de consommations d’énergie, doit être isolée de façon homogène et adaptée à ses caractéristiques techniques. Le terme d’enveloppe revient souvent lorsque l’on parle...

Une habitation pour être confortable et performante en termes de consommations d’énergie, doit être isolée de façon homogène et adaptée à ses caractéristiques techniques. Le terme d’enveloppe revient souvent lorsque l’on parle d’isolation thermique. On peut définir l’enveloppe d’un bâtiment comme l’élément de construction qui sépare le volume chauffé de l’environnement extérieur. Elle se compose des façades (murs et fenêtres), de la toiture (isolation rampant et combles ou isolation sous toiture), des dalles et des murs du sous-sol. Les performances de l’isolation thermique de cette enveloppe permettront de conserver la fraîcheur en été et la chaleur en hiver. Une bonne isolation sous toiture rend le bâtiment étanche à la chaleur, mais aussi à l’humidité : il faut tenir compte de la ventilation pour ne pas dégrader le logement. Différentes solutions peuvent être envisagées en fonction du type d’isolation mis en place. Vous souhaitez améliorer l’isolation thermique des combles de votre maison et ainsi réduire vos dépenses énergétiques ? On vous dit tout.

deperdition_chaleur_energie_maison–combles

 

isolation_thermique_maison–combles

 

Comme le présentent les schémas ci-dessus, il est nécessaire d’isoler sa maison. Sans isolation rampant, les déperditions de chaleur dues à la toiture du bâtiment représentent plus de 30% des pertes de chauffage, il s’agit donc d’une des cibles prioritaires à envisager lors de travaux d’isolation.
La chaleur générée dans une maison a tendance à monter, et à s’accumuler au niveau de la toiture. C’est donc au niveau des combles que la différence de température va être la plus forte avec l’extérieur, et où la déperdition de chaleur sera la plus importante.
Pour une maison mal isolée qui perd près d’un tiers de sa chaleur par le toit, isoler ses combles peut faire économiser jusqu’à 20% de la facture de chauffage !

 

> Isolation à 1€ critères à respecter

Afin de bénéficier de la majorité des aides liées aux Certificats d’Économie d’Energie (CEE). Dans le cadre de la loi Transition Énergétique pour la croissance verte et des tarifs privilégiés proposés pour l’isolation sous toiture, vous devez répondre à plusieurs critères.
Tout d’abord, le batiment concerné doit avoir plus de deux ans d’existence. Vous devrez également faire appel à un professionnel labellisé, Reconnu Garant de l’Environnement (RGE) pour réaliser votre chantier d’isolation à 1€. C’est l’installateur qui doit certifier que la quantité d’isolant déposée permet d’atteindre la résistance thermique R requise. Il est également nécessaire que le matériau choisi bénéficie d’une certification qui atteste ses qualités techniques (ex : normes NF, ACERMI ou CSTBat).

 

> Idées reçues sur l’isolation sous toiture

1. L’isolation des combles n’est utile qu’en hiver : FAUX ! Le principe de l’isolation thermique est d’étanchéifier aux transferts thermiques intérieurs ou extérieurs. C’est-à-dire que l’isolation des combles garde la chaleur en hiver et l’empêche d’entrer en été pour un meilleur confort de vie.

2. Un mur épais n’a pas besoin d’être isolé : FAUX ! L’épaisseur d’un mur ne constitue en aucun cas un indicateur pertinent d’isolation, leur rôle premier n’étant pas d’isoler. En effet, un mur de 50cm est moins isolant que 10cm de matériau d’isolation performant. En revanche des murs épais vont assurer une bonne inertie thermique à l’habitation ; la maison restera fraiche plus longtemps en été et inversement en hiver.

3. L’isolation n’est pas écologique et elle est dangereuse pour la santé : FAUX ! Les produits servant de liant entre les fibres de certains matériaux isolants pouvaient être autrefois nocifs. Aujourd’hui beaucoup d’isolants naturels se sont développés, tels que la cellulose ou les fibres textiles, mieux classées que le polystyrène par exemple.

4. Plus la densité de l’isolant est grande, meilleures sont ses performances : FAUX ! La densité d’un matériau reflète la quantité de matière (le poids) par unité de volume. Pour un même volume occupé, un isolant plus dense pèsera donc plus lourd. La chaleur se transmet notamment par conduction au sein de la matière (comme le fait un manche de casserole qui chauffe lorsque la casserole est sur le feu), et la perte de chaleur par conduction sera donc aggravée lorsque l’isolant est plus dense. Le principe des matériaux isolants est plutôt l’inverse : emprisonner au sein du matériau un nombre important de cavités remplies d’air, qui forment une excellente barrière à la transmission de la chaleur. C’est d’ailleurs ce même principe qui est utilisé pour les couettes en plumes. Une isolation réalisée en laine minérale a donc une densité faible, mais est thermiquement efficace !

 

> Types de matériaux :

– Laine minérale, de roche ou de verre
– Polystyrène expansé ou extrudé
– Polyuréthane
– Chanvre
– Cellulose
– Liège expansé
– Fibre de bois souple ou fibre textile

 

> Techniques d’isolation des combles

En fonction de l’utilisation actuelle de vos combles ou à venir (dans le cadre de projet d’aménagement notamment), plusieurs techniques d’isolations existent.

> Les combles perdus : non habitables dus à une hauteur libre moyenne trop faible ou à des bois de charpente trop encombrant ne permettant pas la viabilité de l’espace. Dans le cas où les combles perdus s’étaleraient sur la majorité de la surface de l’habitat, ils peuvent être responsables d’une grande partie de la déperdition énergétique, jusqu’à 30% !

Il existe plusieurs méthodes efficaces pour isoler ses combles perdus : au niveau du plancher du grenier, en déroulant sur le sol des rouleaux de matériau isolant ou en mettant en œuvre une technique dite de « soufflage » (idéale si les combles ne sont pas accessibles).

> Les combles aménagés ou aménageables : combles habitables et donc chauffés. Il faudra, dans ce cas, isoler les rampants de la toiture. Les équipements installés sur les rampants devront avoir une résistance R ≥ 6 m²K/W. Ces critères de performance permettent de bénéficier du CITE (Crédit d’impôt pour la transition énergétique) et des primes CEE. Il est possible d’isoler les rampants de la toiture soit par l’intérieur (au niveau du toit, où l’isolant est fixé grâce à une ossature, sur laquelle on viendra fixer des plaques de plâtre), soit par l’extérieur de l’habitat (plus contraignant car nécessite alors un détuilage ou déliteaunage, mais permet de préserver les volumes des combles aménageables et de laisser les poutres apparentes).

0 Commentaire(s)

    Aucun commentaire n'a été posté pour cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous désirez rester informés ?

N'attendez plus pour vous inscrire à notre newsletter !
Inscription newsletter